Bulletin santé

La lumière et le son, sources de thérapie dans la pratique médicale
Par le frère initié Shih-Hurng Loh, Taipei, Formose (Initialement en chinois et en anglais)

        Comme nous le savons, la Méthode Guan Yin consiste en deux parties : la méditation sur la Lumière et la méditation sur le Son. D'après les enseignements de notre Maître bien-aimée et d'après de nombreuses expériences de nos amis initiés, nous comprenons tous que la Lumière et le Son intérieurs peuvent nous aider non seulement dans notre développement spirituel, mais aussi à nous maintenir en bonne santé. De récentes avancées dans le domaine médical de la thérapie de la lumière et du son ont aussi apporté des évidences supplémentaires nous convaincant en outre du rôle effectif de la lumière et du son physiques extérieurs pour soigner le corps, alors ne parlons pas de la Lumière et du Son intérieurs sur lesquels nous méditons chaque jour. Les effets visibles et invisibles de la Lumière et du Son intérieurs ont été démontrés sur la vie de nombreuses personnes. Comme la science moderne va de l'avant, le fait que "Guan Yin soigne toutes les maladies" deviendra de plus en plus collatéralement évident et le fait que la pratique spirituelle soit la forme la plus élevée de la science deviendra quelque chose de plus en plus évidente.

La Lumière étincelante comme thérapie dans le traitement du cancer

        On estime que 25% de la population américaine sera confrontée à un diagnostic du cancer durant sa vie, avec un million de nouveaux patients du cancer diagnostiqués chaque année. Malheureusement, la chirurgie et/ou les radiations locales guériront moins qu'un quart de ces patients. La plupart des autres recevront systématiquement un traitement chimiothérapique durant leur maladie. Cependant, dans la plupart des cas, la thérapie médicamenteuse aura seulement pour conséquence une régression de la maladie, et les complications et/ou les rechutes pourront éventuellement conduire à la mort (1). Par conséquent, trouver une meilleure approche thérapeutique au traitement du cancer a toujours été le but des scientifiques de la médecine.

       Récemment, la Thérapie Photo Dynamique, une nouvelle manière de traitement non médicamenteux, a été utilisée pour traité des corps malins, par exemple pour tuer les cellules cancéreuses (2). Elle utilise la combinaison d'un agent photo sensitif (le silicon-pathalocyanine Pc 4) et d'une lumière intense. Tout d'abord, le Pc 4 photo sensitif est injecté dans les cellules cancéreuses. Lorsque le Pc 4 est exposé à une lumière intense, il accroît la production de NO et d'autres agents oxydants tels que le OH et le O2 à l'intérieur des cellules, ce qui conduit à l'apoptosis (désintégration) et même la mort de la cellule (2). Cette méthode peut être utilisée pour améliorer les effets thérapeutiques dans le traitement du cancer, et elle a beaucoup attiré l'attention à cause de ses applications possibles dans le domaine clinique.

L'usage de la lumière étincelante dans les désordres dysphoriques prémenstruels

        Les deux grandes catégories des hormones féminines sont les estrogènes et la progestérone. Les modifications de ces hormones dans le corps jouent un rôle majeur dans le développement des caractéristiques secondaires du sexe féminin, dans le contrôle de la fertilité et du cycle menstruel des ovules, ainsi que dans le contrôle de nombreux processus métaboliques (3). Les patientes présentant des anomalies hormonales ont tendance à se sentir mal à l'aise aussi bien sur le plan physique que mental. Leur symptôme le plus apparent est le Désordre Dysphorique Prémenstruel (DDPM), qui a pour conséquence d'engendrer de graves désordres prémenstruels qui affectent l'humeur, tels que la dépression, la tension dysphorique et l'anxiété, ainsi que certains malaises physiques (4). On utilise couramment des médicaments antidépresseurs ainsi que la psychothérapie traditionnelle pour traiter les patientes souffrant de désordres prémenstruels de l'humeur. Cependant, les effets secondaires des traitements médicamenteux sont inévitables et empêchent les patientes de continuer la thérapie. Heureusement, selon des études médicales récentes, la Thérapie par la Lumière Intense a montré son efficacité pour combattre ces symptômes prémenstruels et pour les corriger. Les recherches ont démontré qu'après une semaine de Thérapie par la Lumière Intense (supérieure à 6000 lux avec une exposition de 2 heures le matin et 2 heures le soir et administrée quotidiennement) les patientes souffrant de DDPM ont vu leur état s'améliorer considérablement sous de nombreux aspects (4, 5, 6).

L'usage de la Lumière intense dans le traitement en vue de supprimer les symptômes de l'alcoolisme

        On estime que 65 à 70% de la population américaine boit de l'alcool. De ce groupe, plus de dix millions de personnes sont intoxiquées à l'alcool et que dix autres millions, à cause de leur excès de boissons, apportent des conséquences négatives à la vie en société, tels que arrestations, accidents automobiles, violences, injures occasionnelles, et effets nuisibles sur leur performance au travail ou sur la santé. Les gens qui abusent de l'alcool utilisent avec exces le système de la santé, et les alcooliques constituent un nombre important des patients. Donc, boire d'une manière excessive est devenu un problème majeur pour la santé publique (7). De plus, les alcooliques chroniques deviennent psychologiquement et physiquement dépendants de l'alcool. Ainsi, après avoir abusé de l'alcool durant un certain temps, il est leur est difficile d'y renoncer parce que l'arrêt de la consommation conduite à de sérieux problèmes de sevrage parmi lesquels des symptômes incluant l'anxiété, l'insomnie, des tremblements, de l'agitation, de l'anorexie, de la confusion et de l'hyperactivité.

       Traditionnellement, des sédatifs ont été administrés à ces patients. Cependant on a trouvé dans une étude clinique récente que la Thérapie par la Lumière Intense peut améliorer la période d'adaptation durant le sevrage alcoolique. Dans cette recherche, de la lumière intense (d'une intensité de 3000 lux, avec un temps d'exposition quotidien de 2 heures le matin et de 2 heures le soir) était administrée à dix patients qui n'avaient reçu aucun sédatif. Les résultats expérimentaux ont montré que la Thérapie par la Lumière Intense avait amélioré la qualité du sommeil et de la stabilité mentale de ces patients souffrant de graves symptômes de sevrage alcoolique (8).

La Thérapie par la Lumière Intense dans le traitement de la maladie de Parkinson

        La maladie de Parkinson est la quatrième des plus communes des affections neurologiques qui frappe les plus âgés, affectant 5 millions de personnes pour les Etats-Unis seulement. Aussi, la maladie est liée à l'âge, avec 66% des patients ayant plus de 50 ans (9). La maladie de Parkinson est un désordre neurologique progressif des muscles du mouvement, caractérisé par des tremblements, par une rigidité musculaire, par une instabilité de la position, et par de la bradykinésie (lenteur à initier et à exécuter les mouvements volontaires (10). Les caractéristiques les plus frappantes de la maladie de Parkinson sont les tremblements qui apparaissent durant les périodes de repos et qui diminuent souvent lorsqu'on effectue un mouvement volontaire. Ainsi, les patients parkinsoniens sont incapables de conserver une position normale.

       Cliniquement, la maladie de Parkinson peut être traitée par des médicaments, le plus commun étant le L-dopa. Cependant, une grande limite au traitement par le L-dopa est qu'il est efficace durant une période de maximum 3 à 5 ans. Après cela, les patients peuvent manifester un phénomène de "oui-non", ce qui veut dire que certaines fois le médicament agit sur eux mais parfois n'a plus d'effet. D'autre part, l'usage à long terme du médicament aboutit à une dégénérescence neurologique (9, 10).

       Récemment, 40 patients souffrant de la maladie de Parkinson ont été traités par l'usage d'une lumière artificielle blanche d'une grande intensité de 3000 lux avec des sevrages médicamenteux totaux ou partiels (non-utilisation de médicaments). Il a été démontré que la Thérapie par la Lumière Intense a facilité la capacité des patients à supporter le sevrage médicamenteux. La thérapie a aussi abouti à une diminution de la gravité de la rigidité et de la bradykinésie (extrême lenteur du mouvement) (mais non les tremblements), à une diminution des dépressions, et à l'amélioration des fonctions motrices (11).

       D'autres formes de thérapie utilisant la " lumière ", y inclus la Thérapie par la Lumière Visible pour le traitement de l'eczéma sévère ou semi-sévère, des tumeurs, des dermatites ou des jaunisses infantiles, la thérapie par les UltraViolets pour la désinfection et la stérilisation, la thérapie Laser utilisée dans les opérations, dans le traitement par la chaleur, la thérapie par la pression photonique et l'acupuncture, la Thérapie Photochimique dans le traitement des affections de la peau, etc.(12).

Les thérapies liées au "son"

        L'ultrason thérapie utilise un son de 20000 Hz ou des ultrasons très intenses pour accélérer des particules dans les cellules ou dans les tissus mous, fonctionnant comme des micro massages. Ils peuvent aussi avoir des effets chauffants à l'interface de différents tissus pour accélérer le processus d'absorption. Ils peuvent être utilisés dans le traitement des inflammations du système nerveux, dans les gaines des tendons et dans les glandes mammaires, pour les entorses musculaires, les cicatrices, la sclérodermie, et les effets secondaires de l'apoplexie, ainsi que dans le traitement des maladies de la rétine et du nerf optique (12).

       En se basant sur l'efficacité de ces thérapies qui utilisent la lumière physique et le son, nous pouvons en déduire que la méditation sur la Lumière et le Son intérieurs n'est pas seulement importante pour notre développement spirituel, mais qu'elle a également des effets substantiels sur notre bien-être physique et mental, y inclus la mise en valeur de nos fonctions cellulaires, la guérison des maladies nerveuses, et la stimulation des points de l'acupuncture. Elle peut aussi améliorer les conditions de notre sommeil, et soigner la dépression et l'anxiété. Nous croyons qu'il existe encore d'autres fonctions curatives exercées par la lumière et le son, fonctions qui restent à découvrir par les scientifiques. Lorsque nous méditons sur la Lumière et le Son intérieurs, c'est comme si nous étions traités par " le summum de la médecine " de l'Univers, avec une thérapie qui répare et nourrit le corps, l'âme et l'esprit. Maître insiste sur le fait que nous devons méditer deux heures et demie chaque jour et maintenir un ratio de temps approprié entre la méditation sur la Lumière et la méditation sur le Son. C'est juste comme une prescription rédigée par un médecin, et nous devons faire de notre mieux pour suivre la "posologie" recommandée, afin d'obtenir les meilleurs résultats.

Références :

  1. Harvey RA. & Champe RC. (1998). Lippincott's Illustrated reviews pharmacology. 2nd ed. J.B. Lippincott Company. Chapter 38:373.
  2. Cupta S., Ahmad N. & Mukhtar H. (1998). Involvement of nitric oxide during phthalocyanine (Pc4) photodynamic therapy-mediated apoptosis. Cancer Research. 58:1785-8.
  3. Brody TM., Larner J. & Minneman KP. (1998). Human Pharmacology. 3rd edition. Chapter 38:p499-506.
  4. Parry BL., Berga SL., Mostofi N., Klauber MT. & Resnick A. (1997). Plasma melatonin circadian rhythms during the menstrual cycle and after light therapy in premenstrual dysphoric disorder and normal control subjects. Journal of Biological Rhythms. 12:47-64.
  5. Lenzinger E. Diamant K. Vytiska-Binstorfer E. & Kasper S. (1997). Premenstrual dysphoric disorder. An overview of diagnosis, epidemiology and therapeutic approaches. Nervenartz. 68: 708-18.
  6. Parry BL., Udell C., Elliott JA., Berga SL. Klauber MR., Mostofi N., LeVeau B. & Gillin JC. (1997). Blunted phase-shift responses to morning bright light in premenstrual dysphoric disorder. Journal of Bilogical Rhythms. 12:443-56.
  7. Brody TM., Larner J. & Minneman KP. (1998). Human Pharmacology. 3 edition. Chapter 23:p435-437.
  8. Schmitz M., Frey R., Pichler P., Ropke H., Anderer P., Saletu B. & Rudas S. (1997). Sleep quality during alcohol withdrawal with bright light therapy. Progress in Neuro-Psychopharmacology & Biological Psychiatry. 21:965-77.
  9. Harvey RA. & Champe RC. (1998). Lippincott's Illustrated reviews pharmacology. 2nd ed . J.B. Lippincott Company. Chapter 29:385-7.
  10. Brody TM., Larner J. & Minneman KP. (1998). Human Pharmacology. 3rd edition. Mosby Ltd. Chapter 25:p339-40.
  11. Artemenko AR. & Levin IaI. (1996). The phototherapy of parkinsonism patients. Zhurnal Nevropatholgii I Psikhiartrii Imeni S-S-Korsakova. 96:63-6.
  12. http://www.jiexiang.com.cn/index5_2.htm