Gouttes dans l'océan d'amour

Sur le chemin spirituel avec mes parents !
Par Tun Xin

        C'était le temps des récoltes de thé dans ma région, à Formose. J'étais venue rejoindre mon père sur la plantation familiale de thé, en haut des montagnes, pour l'aider dans le travail de la récolte. Aux environs de midi, une travailleuse m'a offert de partager son repas végétarien, croyant que je n'avais pas apporté le mien. En fait, j'avais aussi apporté une boite contenant mon déjeuner. Parce qu'elle n'était pas végétarienne pure, mon père n'a pas attendu que je réponde pour dire fièrement, " Oh ! Elle n'en voudra pas ! Elle suit un régime végétarien bien plus strict que le vôtre ! "

       Je n'ai pu m'empêcher d'éclater de rire. Je me rappelle encore la révolution familiale que ma soeur et moi avions provoquée, tout au début, quand nous avons voulu suivre une pratique spirituelle et devenir végétariennes. Mais maintenant mes parents ont complètement changé. Bien qu'ils ne soient toujours pas intéressés par la pratique spirituelle, et qu'ils nous lancent des mots méprisants de temps en temps, pour nous troubler, je sens combien ils nous aiment. Leur incompréhension du début venait de notre attitude rigide, pour laquelle nous devrions pratiquer sérieusement l'introspection.

       À chaque fois que nous allons à la maison pour la fête du Nouvel An Lunaire ou d'autres occasions, nos parents ont peur que nous mourions de faim et suggèrent de commander un repas de fête végétarien pour toute la famille. Quand nous préparons avec amour des plats végétariens simples pour eux, ils les dégustent toujours avec amour et nous rappellent même que nous ne devrions pas manger des plats végétariens trop lourds. Maman est particulièrement attentionnée. Bien que nous ne forcions personne à manger végétarien, elle observe toujours le régime végétarien en même temps que nous, lorsque nous sommes à la maison.

       Nous partageons souvent avec elle des histoires intéressantes et attendrissantes sur la vie de notre groupe, et sur la façon dont nous travaillons à embellir le centre de Hsihu, et je peux sentir un changement graduel chez elle. Maintenant elle montre plus d'intérêt sur la manière de vivre et l'esthétisme. Elle s'efforce de faire pousser des fleurs et de l'herbe autour de la maison pour créer une atmosphère accueillante. Elle garde aussi quelques-uns de ses gros fruits délicieux pour les gens qui lui ont apporté des cadeaux. Parfois nous la taquinons et lui demandons de devenir végétarienne comme nous, elle réagit en souriant innocemment comme une enfant.

       En considérant les sacrifices que nos parents ont faits de tout leur coeur, pour nous leurs enfants, et sans rien demander en échange, je me demande souvent : " Puis-je en faire autant sur ma route spirituelle ? Faire les mêmes sacrifices et donner autant ? " Je ne peux rien offrir à mes parents en échange, ni position sociale, ni célébrité ou richesse et rien de tangible. Je ne peux que me pousser sans cesse à être totalement sincère dans ma pratique spirituelle et faire un bon usage de ce précieux corps humain en vue de servir la multitude comme si elle était une extension des sacrifices que mes parents ont faits.