Maître dit

La Vérité dans les doctrines islamiques

Dit par Maître Suprême Ching Hai
A Taipei, Formose, le 6 mars 1989
(Initialement en chinois)

       J'ai découvert une phrase pleine de signification dans le Coran. Elle dit : "Soyez un bon invité sur Terre, et vivez une vie très riche." Cette citation du Coran islamique m'a vraiment impressionnée. Nous avons tendance à croire que seul le bouddhisme met en évidence le caractère éphémère de ce monde dans lequel nous vivons un moment et que nous quitterons bientôt. Nous ne savons pas que le Coran mentionne exactement la même idée. Ainsi, pourquoi sommes-nous encore engagés dans des débats passionnés pour savoir quelle religion est la meilleure ? Nous lisons cette seule phrase et nous la trouvons pleine de sens. C'est court mais c'est parfait ! Tant que nous sommes ici, nous devons vivre une vie pleine de sens qui soit libre et enrichissante.

       Le Coran mentionne aussi le Son. Leur Maître Mahomet en fait part, ainsi que Ses disciples. Lorsqu'ils entendaient le son de la flûte, leur sagesse s'ouvrait et ils connaissaient tout. Ils devenaient très détendus, joyeux, libres et libérés ! Ils ne faisaient pas référence au son de la flûte du monde extérieur. Nous les pratiquants Guan Yin savons que c'est la référence à un niveau supérieur. Cependant, supposons que nous soyons musulmans et que nous n'avons pas entendu le son de la flûte à l'intérieur de nous, alors nous ne pourrions pas comprendre à quoi le Coran fait allusion.

       Dans la Bible, Jésus-Christ a dit : "Vous écoutez le vent. Vous ne savez pas d'où il vient et où il va !" Ce son représente la qualité omniprésente. Lorsque nous entendons ce son omniprésent du Divin, nous percevons une partie de l'Omniprésent (Tathagata). Une autre partie est Sa lumière, nous ne savons pas ni d'où elle vient, ni où elle va. Cette lumière est aussi une qualité omniprésente. Etre omniprésent signifie que nous ne savons pas d'où cela vient et où cela va.

       Apercevoir l'Omniprésent (Tathagata) ne signifie pas que nous avons vu réellement quelqu'un, le Bouddha Amitabha ou Bouddha Shakyamuni. Il est vrai que Bouddha Shakyamuni s'appelait Lui-même le "Tathagata", mais Il expliquait aussi qu'Il était seulement le doigt qui pointait vers la Vérité. Le Tathagata est une expérience intérieure, la qualité d'être omniprésent. Lorsque nous apercevons la qualité omniprésente, notre sagesse est ouverte, notre karma est parti, nous sommes absolument libres, et nous pouvons comprendre le système de l'univers et le secret de la Création entière. Finalement, nous réaliserons ce que c'est vraiment d'être un avec la Création. Nous connaîtrons le niveau de Lao Tseu, et nous pourrons vraiment Le louer. C'est parce qu'alors nous avons la même expérience, et que nous pouvons témoigner de la Vérité qui se trouve derrière Ses paroles : "Toute la Création est un !"

Dit par Maître Suprême Ching Hai
Surabaya, Indonésie, le 1er mars 1993
(Initialement en anglais)

       Q. Si un musulman devient végétarien, qu'arrive-t-il si dans sa religion il doit faire des sacrifices chaque année ?

       M. L'offrande. Offrir ne signifie pas faire des sacrifices. Actuellement, la traduction est fausse. Par exemple, certains d'entre eux comprennent mal l'enseignement du Maître. Aucun Maître ne désire du sang, pour quelle raison ? Quelle sorte de Maître est celui qui demande le sang des êtres sensibles ? Pouvez-vous le croire ? Le feriez-vous, même si vous n'êtes pas un Maître ?

       Ce que quelqu'un d'autre a déjà tué, peut-être le mangerez-vous. Mais si on vous demande de tuer le poulet ou la chèvre vous-même, vous ne pourriez pas le faire. Comment un Maître pourrait-Il s'attendre qu'un disciple fasse une chose si sanglante ? C'est juste un malentendu. Je vais vous dire pourquoi. Par exemple, chaque Maître dit que vous devez Lui offrir tout ce que vous possédez. Dans la Bhagavad-Gita, il est dit : "Donne-moi toutes les choses, souviens-toi de moi seulement, aime-moi seulement, soumets-toi seulement à moi et à personne d'autre que moi, donne-moi tout ce que tu as, ta vie, ta famille, tes biens, donne-moi tout." Mais est-ce que Krishna n'a jamais pris un seul centime à Arjuna, qu'Il en ait eu besoin ou pas ? Non, Il n'en a jamais pris ! Ainsi, il en va de même lorsque le Maître dit : "Donne-moi ton boeuf, donne-moi ton chariot, donne-moi tes chèvres, donne-moi ton or, donne-moi ta femme, tes enfants. Donne-moi tout. J'en prendrai soin." Mais Il ne les a jamais touchés.

       C'est juste en pensée que vous offrez tout aux pieds du Maître en signe de dévotion et que vous vous soumettez, comme preuve de votre foi et de votre confiance dans le Maître, comme un signe de non-égo : "Ce que j'ai ce n'est rien, moi-même y compris, tout est au Maître." Ainsi maintenant, des siècles et des milliers d'années après, les gens l'ont traduit d'une manière différente : vous devez faire le premier sacrifice du premier agneau, le premier rien. Qui cependant désire ce sacrifice sanglant ? Pouvez-vous seulement croire en un être humain, sans parler du Maître, d'un esprit de compassion ordinaire, pourrait-il lui-même tuer une chèvre et boire le sang ou manger un morceau et se sentir heureux ? Très rarement ! De nos jours, les gens ne font que payer ces animaux au marché et ils n'assistent pas à leur mort, ils ne voient pas leur souffrance. Ils les achètent juste comme un morceau de chocolat, et les mangent sans ressentir beaucoup la souffrance de l'animal. Mais un Maître, un soi-disant Maître qui ressent de l'amour pour toutes les sortes d'êtres, et qui demande des sacrifices sanglants, le croiriez-vous ? Personne ne le croirait !

Dit par Maître Suprême Ching Hai
Paris, France, le 25 avril 1993
(Initialement en français et en anglais)

       Q. Cette question est au sujet des Saintes Ecritures. J'ai souvent des doutes au sujet de la Bible ou du Coran. Il est dit dans la Bible : "Je suis un Dieu jaloux" et le Christ a dit : "Je ne suis pas venu ici pour la paix mais pour la guerre." Il est dit dans le Coran que nous pouvons faire la guerre et avoir beaucoup de femmes. Est-ce une erreur ?

       M. Je vous dis de suivre les cinq préceptes, vous ne devez pas tuer, pas de conduite sexuelle illicite, un régime végétarien, ne pas voler, ne pas jouer aux jeux d'argent. C'est très simple. Vous suivez cela et vous méditez deux heures et demie. Je ne suis pas responsable pour les autres livres que vous lisez.

       Mais par exemple, s'ils sont déjà musulmans, alors bien sûr je ne vais pas leur dire de changer leur vie. Par exemple s'ils ont déjà dix femmes de part leur tradition avant qu'ils me connaissent, devrais-je leur dire de se séparer d'elles ? Ils vivent en harmonie ensemble. Les dix femmes vivent ensemble et elles ne font de mal à personne.

       Nous ne sommes pas ici pour changer le monde mais pour nous changer nous-même. Si les musulmans sont comme cela laissez-les tranquilles. Et maintenant, ils n'ont plus à faire la guerre. Ils n'ont plus besoin de faire la guerre, alors ils peuvent me suivre. S'ils veulent garder une attitude de guerre, alors, ils doivent rester en dehors de notre cercle.

       Non seulement les musulmans font la guerre, mais les chrétiens et les bouddhistes aussi, tous les autres aussi, parce qu'ils ont mal compris la doctrine de leur origine. Le Bouddha n'a jamais fait la guerre, mais des bouddhistes font la guerre. Le Christ n'a jamais dit qu'Il était venu pour faire la guerre. Ce qu'Il voulait dire c'est qu'Il n'était pas venu avec la paix, mais avec l'épée. Il disait qu'Il allait lever le fils contre le père, etc... Ce qu'Il voulait dire c'est que les liens karmiques seraient mis en pièce. Qu'Il était venu avec l'épée de la sagesse, et que tous les attachements, y compris les liens familiaux seraient inexistants. Ainsi, même si le père croît en le fait de manger de la viande, le fils deviendra végétarien. Et avant, par exemple, si la famille était attachée les uns aux autres et liés avec un amour limité, après l'initiation, ils s'aimeraient simplement comme ils aiment tout autre initié, tous frères et soeurs. Voilà ce qu'Il voulait dire.

       Et, comme vous savez, il en est de même dans notre groupe aussi. Même si les parents utilisent leur autorité parentale pour forcer leurs enfants à manger de la viande, ceux-ci ne la mangeront pas. Voilà donc une façon "d'être contre les parents". Dans ce cas, c'est comme ça. Mais le Christ n'a jamais recommandé la guerre. C'est pour cela qu'Il a dit : "Donner à César ce qui est à César" et quand on L'a crucifié, Il ne s'est pas battu en retour, même s'Il avait pu le faire. Il avait le soutien de beaucoup de disciples, et ils voulaient faire de Lui le roi des juifs, mais Il ne le voulait pas. Il a dit : "Mon royaume n'est pas sur cette terre." Vous voyez donc, le Christ était un homme de paix. La guerre dont Il parlait était la lutte de l'esprit que nous, les disciples, menons contre l'illusion de Maya, les ruses et pièges de Maya, la force de Maya, l'illusion, le roi des ténèbres qui nous tient liés. Nous nous battons contre cela.

       D'ordinaire, je n'aime pas les débats intellectuels, mais je comprends que vous êtes nouveau, donc je vais essayer de mon mieux de descendre et de vous accompagner. Sinon, je déteste le débat et la lutte intellectuelle. Maintenant, d'après le Coran, les gens peuvent se battre, pas faire la guerre, mais ils peuvent se défendre eux-mêmes. Vous devez comprendre l'époque et les circonstances dans lesquelles le prophète Mahomet s'est retrouvé lui-même comme Ses disciples. Ils étaient persécutés parce que, à cette époque, peu de gens comprenaient ce qu'était un Maître vivant. C'est pour cette même raison qu'ils ont tué Jésus, calomnié et essayé d'assassiner le Bouddha.

       La même chose arrive de nos jours aussi. Des gens me calomnient aussi et créent beaucoup de problèmes par incompréhension. Ils ne prennent pas le temps de comprendre ce que j'essaie d'enseigner. Ils prennent juste une ou deux phrases, peut-être mal écrites ou mal interprétées, ou bien ils ont seulement entendu ce que d'autres personnes disent et ils essaient de créer des problèmes. Mais c'est seulement une petite partie comparée à la grande majorité, comme vous, ce n'est donc pas un problème.

       Mais quand le prophète Mahomet était en vie, c'était terrible. Ils étaient pourchassés et persécutés partout, ils devaient donc se défendre.

       Et les conséquences de cette guerre sont qu'ils ont épousé plusieurs femmes. Comme beaucoup d'hommes mourraient dans le combat et laissaient beaucoup de femmes et d'enfants sans assistance, le prophète ou le chef aurait dit : "Occupez-vous en et prenez soin des faibles et des orphelins. Aimez-les comme votre propre épouse ou propres enfants." Bien sûr ! Mais cela ne doit pas être toujours physique. Par exemple, parfois le mari d'une initiée meurt ou quelque chose comme ça, ou la femme meurt et les enfants sont seuls. De la même manière, nous les emmenons chez un autre initié et prenons soin d'eux. Mais ce ne doit pas être un contact physique, c'est juste s'occuper d'eux comme des frères et soeurs, comme leurs propres enfants, leur propre mari ou femme. Par conséquent, le prophète a dit : "Si vous amenez de nombreuses femmes chez vous, vous devez prendre soin d'elles de manière égale". Par exemple, si vous offrez à votre femme une parure de bijou, vous devez être capable de donner à l'autre la même chose. Alors, seulement, vous pouvez les prendre sous votre autorité et prendre soin d'elles .

       C'est simplement comme un système de sécurité de nos jours, très civilisé. Si vous voulez adopter un enfant, vous devez alors déclarer au gouvernement si vous avez assez d'argent en banque et combien vous disposez pour vérifier si vous pouvez prendre soin de l'enfant. Vous voyez c'était très civilisé, même si à cette époque il n'y avait pas de loi. Les musulmans sont comme ça. Donc, en fait si nous voulons étudier une écriture religieuse, nous devrions l'étudier complètement jusqu'à ce qu'il n'y ait absolument aucun doute. Mais si nous prenons seulement une ou deux phrases et disons : "Ce n'est pas bien, les musulmans ne sont pas bons", alors nous aurons des préjugés.

Dit par Maître Suprême Ching Hai
Paris, France, le 24 avril 1993
(Initialement en français)

       Q. Votre enseignement est-il compatible avec l'Islam ?

       M. Oui, pourquoi non ? L'Islam enseigne aux gens d'être de bons hôtes sur la Terre. Il faut trouver le ciel pendant notre vie. Moi je propose la même chose. Je vous dis qu'il faut observer les cinq préceptes, qui nous donne, la noblesse, la sagesse et la paix sur la Terre. Je vous offre en même temps le chemin pour connaître Dieu tout de suite. C'est pour cela que notre chemin est compatible avec toutes les bonnes religions.