Un récit de ce monde

Oui, croyez-le !
Texte de Frère initié Wessel van Leeuwen, Le Cap, Afrique du Sud
(Initialement en anglais).

       Il y a peu de temps ma femme et moi-même sommes revenus d'Hermanus (Afrique du Sud) où nous avions rendu visite à notre fils qui vit au Camphill Village, une ferme biologique pour handicapés mentaux. Ceux qui ont participé à la retraite au Cap en décembre 1999 dans le campement situé à proximité d'Habonim, se rappellent peut-être le goût du pain doré et fourni par Camphill...

       Voici quelques détails sur ce que j'ai appris pendant ma visite à Camphill, ces détails ne devraient pas nous surprendre, mais ils confirment encore une fois ce que nous apprend notre MAÎTRE bien-aimée.

       Dawn, la femme responsable de Camphill, n'était pas présente lorsque que nous avons fait notre visite, mais son fils aîné Marc (18 ans) était là. Je lui ai demandé si les autres invités avaient visité Habonim et il m'a répondu : " Oui, mais d'un tout autre genre ". Manifestement curieux, je lui ai demandé d'expliquer sa remarque. Voici ce qu'il m'a répondu.

       Il a déclaré que, bien que sa mère sache qu'il y avait plusieurs milliers de personnes sur le site pendant la retraite, elle n'a jamais eu l'impression qu'ils étaient plus de cent parce que "vous autres" étiez si calmes, bien éduqués et irradiez tellement de paix. Elle n'a entendu aucun cri ni hurlement, de jour comme de nuit. Ce qui a réellement frappé Marc quand il est rentré chez lui à la fin de la retraite c'était tout ce qui restait derrière ! Le campement a été laissé impeccable, propre et bien rangé. Et ce n'était pas tout.

       " C'était l'atmosphère générale " a continué Marc. " Comment l'expliquer ? Disons qu'il y avait un champ d'énergie positive, une sensation de paix, de calme, et de sérénité... Je ne sais pas comment le décrire. C'était magnifique. Malheureusement tout est fini maintenant. Tout ce que je peux dire, c'est que pendant six semaines nous avons été très heureux, apaisés, et satisfaits. Nos chiens également étaient plus gentils et obéissants. Nous dormions les portes et les fenêtres grandes ouvertes. Nous nous sentions parfaitement en sécurité. Ma mère n'a pas mangé de viande ou de poulet pendant toutes ces semaines et a diminué d'un tiers sa consommation de cigarettes. Elle continue à moins fumer, et de temps en temps, elle mange un morceau de poulet. Nous lisons tous les livres de Maître et effectivement, c'était différent, très différent, et nous l'avons senti ".

       Pouvez-vous croire cette histoire ? Oui ! Non seulement parce qu'elle est vraie, mais également parce qu'elle illustre si clairement ce que notre Maître bien-aimée nous enseigne : nous pouvons changer le monde grâce à une méditation assidue et centrée.