L'amour ne meurt jamais

Reportage sur l'aide aux pauvres de Formose, en mars 1998

Comme chaque mois à Formose, dans le cadre de l'activité de secours, les initiés ont rendu visite à leurs amis dans le besoin, apportant ainsi avec eux l'amour du Maître Suprême Ching Hai. Malgré leur situation malheureuse, ces âmes souffrantes et dépourvues de tout ont su trouver le courage d'affronter l'adversité et contrer les obstacles sur leur route, tandis que de plus en plus de personnes dans la société leur témoignait affection et chaleur.
Les initiés les ont encouragés et souhaitent les voir émerger au plus vite de l'obscurité et de cette mer de souffrance pour qu'ils puissent connaître la joie et le bonheur.
 
 

L’amour ne connaît pas de barrières

Rédaction de la Revue du Maître Suprême Ching Hai, Paris, France
(original en anglais)

Maître dit toujours que nous devons servir les autres et oublier notre propre personne. Il existe de nombreuses situations qui nous permettent d’appliquer cet enseignement, particulièrement dans les grandes villes où les gens dans le besoin sont nombreux. A Paris, cet hiver, nous avons organisé une distribution de vêtements et de nourriture à des familles pauvres, car Maître avait dit : « Vous devez souhaiter une bonne année de ma part aux pauvres et leur donner ce dont ils ont vraiment besoin. » Le premier jour, il a beaucoup plu. Alors que nous cherchions une adresse pour notre distribution, une dame nous a dit où aller. Comme il pleuvait, nous l’avons ramenée chez elle en voiture. Sur le chemin, nous lui avons dit ce que nous faisions et elle en a été si touchée qu’elle nous a donnés le manteau qu’elle venait de récupérer de chez le teinturier. Ce manteau allait parfaitement à la mère de famille chez qui nous nous sommes rendus. Il est vrai qu’il est impossible d’aider le monde entier, même si nous le souhaitons, mais quelle satisfaction de voir un sourire illuminer le visage d’une personne qui vient de recevoir de l’aide.
Fin 1997, nous avons finalement eu accès à une prison près de Paris. Par un magazine, nous avons connu un prisonnier intéressé par le bouddhisme et nous avons correspondu avec lui en commençant par lui envoyer le livret-échantillon, ainsi qu’un exemplaire de la Revue de Maître Suprême Ching Hai. Peu de temps après, ce prisonnier a demandé à apprendre la Méthode Pratique.
Lorsque nous avons été le rencontrer, il a discuté avec l’initié chargé de lui enseigner la Méthode Pratique. L’atmosphère était pleine de joie et de chaleur. Ils semblaient se connaître depuis longtemps. Nous étions heureux de faire profiter des bénédictions de Maître à un frère en prison. Dieu ne connaît pas d’obstacles. Il arrange tout pour ceux qui veulent vraiment connaître la Vérité. Nous prions pour être les serviteurs de Dieu et pour pouvoir être à Son service.