Lenfant qui creusait le sol à la recherche dun trésor
 
Par la soeur initiée Jingle Bell, Taipei, Formose

Il y a quelques années, jétais au Centre de Hsihu pour un court séjour. Une nuit, dans ma tente, le sommeil me fuyait et je luttais avec mes pensées. Pleins d'idées émergeaient, et chacune d'elles était aussitôt remplacée par une autre toujours meilleure. Même quand je trouvais quune idée était achevée, elle était aussitôt renversée par une nouvelle. Il mest venu à lesprit que l'ego est aussi un château construit avec de nombreux concepts. Même lorsque nous pensons avoir un bon concept, nous devons toujours l'effacer. Les pratiquants spirituels devraient être comme un enfant avisé ; nous trouvons des bonnes solutions quand la situation le réclame, mais le reste du temps nous ne devrions en accumuler aucune.
Quand le jour s'est levé, jétais très détendue et soulagée comme un enfant qui a déterré un trésor et dont le cur fond de gratitude.
 

Suivre la voie du milieu

Un après-midi, nous méditions dans la grande salle de méditation de la forêt à Hsihu, quand il s'est mit à pleuvoir. Les gardes nous ont demandé d'aller nous abriter, mais la plupart d'entre nous sommes restés là, ne voulant pas bouger. Toutes sortes de moyens de protection contre la pluie sont apparus, même un tapis en plastique sest vu transformé en imperméable. Plus tard, Maître est venue et nous a parlé avec compassion, regrettant de n'avoir pas pu nous donner d'abris. Ensuite, très sérieusement, Elle nous a dit "Le ciel a peur de vous, alors il nose pas faire pleuvoir très fort, mais êtes-vous conscients que d'autres ont besoin de pluie ?"
Les mots énergiques de Maître nous ont rappelé que nous devrions suivre la voie du milieu dans notre pratique spirituelle. Nous devrions être plus naturels, au lieu de nous cramponner dans certaines difficultés.
Mes expériences de ces dernières années, m'ont mieux fait comprendre ce quétait « la voie du milieu ». Peut-être que je ne progresse pas très vite, mais je suis sûre de moi, je sais que toujours je m'efforcerai de m'élever avec constance.
 

Unies de cur à cur

Par soeur Wang Xiang-mei, Taipei, Formose

Une fois, jai commis une grosse erreur. Je suis restée devant un portrait de Maître à pleurer plusieurs minutes, Lui confiant tous mes problèmes. Quand jai levé les yeux, Elle avait des larmes dans les yeux.