Nouvelles en provenance de la demeure des fleurs de Sakura, Japon
Un jeu inspirateur

Par la Rédaction de la Revue de Tokyo, Japon

La retraite de deux jours célébrant le Jour Ching Hai venait de prendre fin, et dans cette atmosphère plaisante, les pratiquants initiés ont préparé et dégusté un plat gourmet de style japonais. Ayant à regret de partir, ils se sont rassemblés par petits groupes, s'entretenant joyeusement comme les membres d'une grande famille se trouvant à nouveau réunie après une longue période. L'agitation et l'excitation rappelaient une journée du nouvel an.
Ignorant les différences d'âge, les initiés ont commencé à jouer à des jeux d'enfants. Un des jeux, "Kaluda", se joue comme suit : une personne tire une carte d’une pile et compose une phrase qui contient le nom de cette carte. Ce sera à qui devinera le nom et trouvera le premier la carte correspondante dans l'autre pile. Le gagnant sera celui qui aura fait le plus de correspondances avant la fin du jeu.
C'est un jeu japonais ancien assez difficile au départ pour les initiés qui n'étaient pas d'origine japonaise. Même si le lecteur de cartes insistait sur le fait que n'importe qui pouvait bien jouer à ce jeu, afin d'encourager les joueurs d'origine étrangère, les joueurs d'origine japonaise ont étés priés d'attendre trois secondes avant de pouvoir commencer à chercher la carte correspondante. Peu à peu, tous les joueurs se sont impliqués très forts et ont apprécié le jeu.  Plusieurs spectateurs ne pouvaient résister à la tentation de s’amuser et se sont joints à la partie les uns après les autres.
Après un moment, les joueurs prenaient de moins en moins de temps pour trouver la carte correspondante. Ils se sont aperçus, que la soi-disant barrière linguistique s’était soudain dissipée, aussi la restriction initialement appliquée aux joueurs d'origine japonaise a été supprimée.
Par l'entremise de ce jeu, les participants ont réalisé qu'en pratique spirituelle, chaque seconde compte, et qu'ils doivent s'évertuer à atteindre la maturité, et que la méditation de groupe est une bonne façon de progresser plus rapidement. Comme dans le jeu, la compétition est une forme d'entraide mutuelle qui peut stimuler les habiletés latentes des initiés, ainsi que corriger leurs mauvaises habitudes. Les idées préconçues sont des obstacles en pratique spirituelle et elles ne sont pas faciles à percevoir. Cependant, lorsque les pratiquants atteignent un certain niveau de pratique spirituelle, ces obstacles refont surface et les problèmes peuvent être vus clairement.
Tandis que le jeu se poursuivait, tout à coup, l'initié, qui jouait le lecteur de cartes s'est mis à composer d'excellentes phrases :  "Au Jour Ching Hai, nous nous rassemblons et dégustons des plats gourmets."
"L'océan est profond,
Mais l'amour de Maître est plus profond."
"Pratiquez avec assiduité et méditez au moins deux heures et demi chaque jour."
Ces trois cartes étaient spécialement faites par des amis initiés afin d'exprimer leur gratitude envers Maître Bien-Aimée. Après le jeu, ils l'ont remercié du fond du coeur pour avoir arrangé une journée si magnifique et inspiratrice.
C’est un fait que cette activité a rapproché les disciples au Japon, quelle que soit leur nationalité. Cela leur a aussi permis de réaliser que la langue n'est pas une barrière dans la communication et la pratique spirituelles ; aussi longtemps qu'ils auront le même but et travailleront en se concertant, rien ne leur sera impossible. Ce nouveau point de départ a fortifié leur foi et leur détermination dans la pratique spirituelle.