La détermination vaut mieux que tout
 
Par le Maître Suprême Ching Hai
Retraite internationale de 4 jours, Sydney, Australie, le 9 mai 1997 (Initialement en anglais)

Q : Ma question est au sujet de la rigueur du régime végétarien. Je me sens concerné par ceux qui ont besoin de médicaments contenant un produit animal ; par exemple, quelques produits à base de crustacés sont très bons contre certaines maladies. Je pense à ces choses qui contiennent seulement une petite quantité de produit animal. Pouvez-vous nous dire, pourquoi c’est si mauvais ?
M : Non, c’est votre manière de penser qui est importante. Si nous avons tendance à prendre n’importe quoi juste pour la santé physique au prix de notre compréhension spirituelle et morale, alors bien sûr il faut payer pour ça. S’il y a un substitut, alors nous pouvons le prendre, et s’il n’y en a absolument pas, alors nous prenons le produit. Et c’est d’accord. C’est la pensée qui est importante ; c’est notre détermination à faire tout ce qui est possible pour garder notre pureté et éviter la violence. C’est comme ça. Ce n’est pas la question d’aller en enfer pour avoir consommé un peu de produit animal. C’est seulement un manque de détermination de notre part, nous nous créons des obstacles, nous affaiblissons notre volonté. (Applaudissements).
Q : Il y a tellement de médicaments qui nous sont proposés en petites capsules à base de produit animal comme la gélatine. Si nous ne le savons pas, est-ce que ça va ?
M : Si vous ne le savez pas, oui. Si vous le savez, alors ne les prenez pas pour votre bien. C’est tout. L’animal est déjà mort. Si vous le prenez, il ne peut plus mourir, mais c’est comme ça qu’il faut agir si vous voulez rester maître de vous-mêmes, comme de la situation. Vous contrôlez ce que vous mangez, vous mangez ce que vous désirez mais n’êtes pas forcés par une quelconque circonstance, ainsi vous gardez votre propre pouvoir. Rien ne peut vous ébranler alors parce que vous faites ce que vous voulez dans n’importe quelle circonstance. Voilà pourquoi.
Mais supposons que rien ne puisse remplacer ce médicament et que vous en ayez besoin pour soutenir le corps physique tandis que vous continuez sur le chemin de la réalisation divine, alors prenez-le. Ne soyez pas fanatiques. C’est juste pour la volonté, que vous devez combattre, pour la garder. (Applaudissement) Ce que nous devons garder est notre niveau de conscience, nos principes ; autrement, nous pouvons faire ce que nous voulons. Les préceptes et les règles ne sont pas destinées à être conservées ; en fait, nous avons à réaliser si nous sommes au niveau de ces principes ou non. Si vous abandonnez ou vous vous écroulez, c’est déjà préjudiciable, parce que vous avez rabaissé vos principes. N’importe qui au collège doit passer certains tests, comprendre certains sujets. Si vous vous amoindrissez, alors vous restez au même niveau ; pas besoin de poser de questions. Si vous relâchez vos efforts en demeurant à votre niveau de collège et ne progressez plus, alors vous régressez et restez là. Vous faites du mal seulement à vous.
 
 

Comment rendre nos motivations désintéréssées
Par le Maître Suprême Ching Hai, Retraite de 4 jours, Londres, Royaume-Uni, le 27 août 1997 (Initialement en anglais)

Q : Comment pouvons-nous connaître ce qui motive nos actions ? Je veux dire, si nous faisons quelque chose par esprit de service, pour prouver nos qualités, ou si nous agissons seulement avec l’ego ?
M : Nous savons très bien ce que nous faisons, n’est-ce pas ? Nous savons pourquoi nous sommes en train de le faire. Nous pouvons le ressentir immédiatement. Et même si au début nous ne le réalisons pas, plus tard nous nous examinons et nous saurons pourquoi nous faisons ceci, et pourquoi nous faisons cela. Si nous l’avons fait par ego, alors nous nous examinons, changeons complètement, et devenons plus désintéressés. Au début, souvent, nous ne savons probablement pas pourquoi nous faisons ceci, et pourquoi nous faisons cela. Nous nous engageons à un certain service, à quelque travail, certainement dans un esprit compétitif. Mais alors aussitôt que nous nous en apercevons, il faut changer immédiatement et dire, « Oh, non ! Je ne devrais pas penser de cette manière. Je ne devrais pas ressentir ça. Je devrais saisir l’opportunité et l’honneur de servir d’une manière désintéressée. » C’est plus noble. Au moment où nous réalisons que nous ne sommes pas suffisamment nobles dans notre comportement et dans nos intentions, alors nous nous rectifions et changeons d’attitude. Le service reste le même, mais seule l’attitude devrait changer. Même si nous n’avions pas une intention noble au départ, nous pouvons encore la changer en cours.
C’est parfois difficile parce que nous nous trompons nous-mêmes. Le mental nous trompe lorsque nous pensons, « Oh ! Je veux servir l’humanité et tout cela. » Mais parfois nous rendons service sans trace d’intérêt personnel. Après nous être examinés quelque temps, nous devenons plus prudents dans notre attitude, dans nos pensées, dans nos motivations. Alors il apparaît que nous sommes désintéressés par nature. Même si parfois nous agissons avec l’ego, ce n’est pas grave, il faut se pardonner. Au moins, c’est utile à la personne qui est servie. Quelqu’un d’autre bénéficie de nos actions. Alors, ça va. Mais il est préférable, pour nous, d’être sûrs de la noblesse de nos intentions car, alors, nous savons que nous sommes sur le point de devenir un être meilleur, plus perfectionné.
 
 
 

La purification par le Son
Par le Maître Suprême Ching Hai, Retraite internationale de 4 jours, Sydney, Australie, le 10 mai 1997
  (initialement en anglais)

Q : Sur la nature de la pureté, et bien, il est facile de comprendre que c’est être gentil, aimant et compatissant, et qu’aimer la beauté est pur ; mais je ne comprends pas comment le son peut purifier.
M : Exactement comme l’eau nous nettoie, le son peut purifier l’esprit.

Q : Est-ce que la pureté est aussi une fréquence vibratoire ou quelque chose comme cela ?
M : Oui, c’est une sorte de filtre des influences négatives qui peuvent parfois entrer en nous, dans notre champs magnétique, par le contact avec le monde ou des situations qui peuvent nous contaminer, prises dans l’environnement, ou par les résidus de vies passées. Elle filtrera cela exactement comme un filtre ou comme de l’eau qui nettoie le corps.

Q : Comment ?
M : Comment l’eau nettoie-t-elle le corps ? Elle le fait c’est tout. Lorsque vous versez l’eau sur vous, vous mettez un petit peu de savon, vous vous rincez, et la saleté s’en va. De la même manière, nous sommes contaminés par de mauvaises pensées, invisibles à notre esprit, par une manière de penser négative, et si nous continuons à nous servir du son de la plus haute vibration, cela éliminera la vibration plus basse, exactement comme un travail électronique. C’est métaphysique, mais ça nettoie ; c’est pourquoi vous vous améliorez de plus en plus. Peu importe comment, pourvu que vous soyez nettoyés, et c’est bien. Nous ne pouvons pas tout expliquer avec le langage terrestre, mais du moment que nous avons des résultats, alors nous savons que c’est ça.
Comment ? Nous devons le savoir de l’intérieur, pas avec le langage. Aussi longtemps que cela nettoie, que nous nous sentons de mieux en mieux, de plus en plus purs chaque jour, alors nous savons que ça marche. Exactement comme l’eau, nous ne savons pas comment elle nettoie, mais elle nettoie. Tant que vous versez de l’eau sur vous, vous vous sentirez propre. Ainsi, le résultat parle de lui-même. Vous vous sentez de mieux en mieux, de plus en plus purs chaque jour. C’est simple. La preuve c’est que vous ne désirez plus être reconnus ou avoir de l’argent, et vous n’êtes plus réellement attachés aux affaires du monde, au confort matériel. Vous l’avez et vous savez comment prendre soin de vous-mêmes, mais ça ne vous lie plus comme auparavant. C’est de cette manière que le son nettoie et nous rend plus conscients de notre pureté et de notre liberté.

Q : Est-ce que l’impureté établit une certaine fréquence vibratoire dans la structure de notre physique, et alors ces vagues de son nous pénètrent et vibrent à différentes fréquences ? Est-ce qu’elles altèrent la fréquence de la structure de notre corps ?
M : Oui, on peut dire ça, mais en fait, la manière dont cela travaille n’est pas matérielle. Nous ne sommes pas le corps en réalité ; nous ne sommes pas non plus le cerveau ordinateur ; nous sommes l’esprit. Aussi, si le son, avec sa haute fréquence, entre et entre à nouveau dans notre être, ou est retrouvé en nous, alors nous sommes tout simplement élevés au-dessus de toutes les situations contaminantes. C’est ainsi que nous devenons de plus en plus purs chaque jour. En fait, nous ne sommes pas « purifiés » ; mais juste élevés, notre conscience devenant supérieure ; alors, nous ne pensons pas aux mauvaises choses et nous n’avons plus de pensées négatives. La négativité ne peut plus nous atteindre.
Bon, c’est métaphysique... (Rires) Tant que ça nettoie, c’est bien. Il est peut-être possible de le prouver scientifiquement, mais vous ne pourrez encore pas répondre à la question « comment ». Cela semble se passer comme ça, mais peut-être pas. Parfois, les gens essayent beaucoup trop d’expliquer et ce n’est quand même pas encore ça. C’est plus invisible ; c’est plus métaphysique.

Q : Ainsi, continuer à pratiquer la méditation peut donner la réponse par l’expérience !
M : Oui, on reconnaît l’arbre à ses fruits. S’il produit des pommes, alors sans aucun doute, c’est un pommier. Nous pouvons continuer à discuter, « comment pouvez-vous affirmer que c’est un pommier ? » Parce que cet arbre produit des pommes.